lycée Bellevue

Nouvelle sectorisation collège-lycée de Gaillac

Les maires de St Sulpice, Bernac, Castanet, Labastide, Lagrave, Cadalen et Técou ont été conviés par la DSDEN (Direction Départementale de l’Education nationale) du Tarn à une réunion d'information le 14 décembre 2017 sur le changement de sectorisation des collèges de Gaillac du fait d'une réorganisation des affectations due à la surcharge du lycée de Lavaur

 

Courrier invitation reunion 14 12 2017 sectorisation lycee lavaurcourrier-invitation-reunion-14-12-2017-sectorisation-lycee-lavaur.pdf (71.84 Ko)

 

Cette nouvelle sectorisation du lycée de Lavaur entraine des modifications pour les futurs lycéens bastidois scolarisés en collège à Gaillac. Un transfert d’effectifs du lycée Las Cases de Lavaur vers le lycée Victor-Hugo de Gaillac entrainera dès la rentrée de septembre 2018 le transfert des anciens collégiens d’Albert Camus vers le lycée Bellevue à Albi.

Extrait du Conseil municipal du 21 décembre 2017

La réunion d’information du jeudi 14/12 a permis aux élus présents, dont F. Vergnes, de constater que les enjeux pratiques, pédagogiques et familiaux de cette évolution n’avaient pas vraiment été pris en charge par les services en responsabilité de l’opération.

Le maire informe les élus qu'il a adressé un courriel à la DASEN (Cf copie jointe, et resté sans réponse) car, même si cette évolution est normalement provisoire pour la période 2018-2022, elle compliquera l'organisation actuelle.

Le maire a aussi contacté la conseillère régionale Claire Fita, les conseillers départementaux du canton  et évoqué la question en Bureau de l‘Agglo, sans suite à ce jour.

 

 

Copie courriel du 18 décembre 2017

 

Madame la directrice,

Je reviens en quelques mots sur la réunion de jeudi soir en trois points.

1) Je regrette que l’intitulé et l’invitation n’aient pas été plus explicites pour attirer l’attention de tous nos collègues sur ce qui constitue une modification potentiellement lourde de conséquences pour les futurs lycéens. Ainsi, Jean François Baulès, maire de Técou, n'a pu participé à la réunion.

De même, il n'est pas satisfaisant d'être mis devant le fait accompli, avec pour seule mission désormais d'informer dans l'urgence les différents membres de la communauté éducative. J'ai bien noté que l'affaire relevait de la compétence rectorale et régionale mais l'exercice souverain d'une compétence n'empêche pas une concertation préalable, pas plus sur le plan juridique que sur celui du respect dû à ses partenaires, qui sont (faut-il le rappeler ?) capables de comprendre les enjeux et les difficultés auxquels rectorat et région sont confrontés.

2) Pour préciser mon intervention en réunion concernant le transport scolaire des collégiens et des lycéens bastidois, je dois rappeler qu’il est aujourd’hui organisé sur deux lignes Federteep pour les élèves allant à Gaillac. Ils sont embarqués et déposés à proximité de leur domicile y compris dans les écarts qui sont nombreux à Labastide. Ce système permet à la plupart des élèves d’utiliser les transports scolaires en toute autonomie et dans une relative sécurité.

Ceux scolarisés à Albi, par dérogation à la sectorisation ou du fait des contraintes de formation, doivent utiliser la ligne régulière exploitée par Tarnbus entre Gaillac et Albi (la ligne 702 qui emprunte exclusivement la RD 988). Deux arrêts de bus sont situés sur le territoire communal (carrefour de Durestat côté Ouest et Saint Maury côté Est).

Il est inenvisageable sauf à admettre une dégradation significative des conditions de vie des familles d’obliger les lycéens «albigeois» du fait de la nouvelle sectorisation à se rabattre sur la ligne 702. Le maintien d’un transport scolaire de proximité est indispensable pour soutenir un certain dynamisme démographique dans les zones éloignées des grands axes. La situation est très comparable pour les enfants de Bernac et de Castanet.

Pour la commune de Técou, en plus de l'enjeu des arrêts de bus à proximité des lieux de vie, c'est son éloignement d'Albi qui pose question. Si nous avons bien noté l'engagement de ne pas imposer des temps de parcours de plus de 40 minutes, il faudra s'assurer qu'il peut être concrètement tenu. La crainte des élus técounais est que les familles soient obligées d'envisager une solution avec internat qui poserait différents problèmes, dont un surcoût pour le budget familial.

Il est donc nécessaire que durant la période de gestation puis de montée en régime du lycée de Gragnague, les conditions actuelles du service de transport scolaire ne soient pas modifiées.

3) Les communes de Bernac, Castanet et Labastide sont engagées avec celles de Cestayrols, Fayssac , Rivères et Sénouillac dans une politique éducative commune dans les domaines scolaire, péri- et extra-scolaires. Un travail sur la carte scolaire, sur la mutualisation des moyens humains et matériels et sur un projet éducatif de territoire est engagé depuis plus de 3 années avec des traductions déjà remarquables. Certes perturbé par la fusion et la prise de compétences de la nouvelle agglomération Gaillac Graulhet, le travail se poursuit, avec en particulier la mise en œuvre depuis la rentrée 2017 d'une action à destination des collégiens et lycéens. Il est évident que la mise en œuvre de la nouvelle sectorisation viendrait bouleverser cette action en dispersant les adolescents du territoire sur deux bassins scolaires, accélérant le processus de «dortoirisation» de nos villages.

Le même raisonnement peut être développé au niveau de l'ensemble des communes de l'agglomération puisque cette nouvelle sectorisation intervient au moment où nous engageons la réflexion sur le Projet Éducatif Communautaire qui ne manquera pas de pointer les enjeux autour des adolescents comme l'a clairement montré la réunion de travail qui s'est tenue mercredi 13/12.

Je reste à votre disposition pour compléter ce courrier et vous adresse mes salutations les plus décentralisées.

François Vergnes, maire de Labastide de Lévis

06 78 65 97 65

Jean François Baulès, maire de Técou s'associe à la présente